Laudato Si - Pâtes bio

Aujourd’hui, nous rencontrons Lionel Avanthay, producteur de délicieuses pâtes bio à Fribourg. Des produits sains, locaux et bons, voici ce qu’il nous propose ! Des Cornettes, Casarecce, Fettuccine ou des Pâtes de Fribourg confectionnées à base de farine d’épeautre. D’ailleurs ses pâtes de Fribourg ont reçu une médaille d'argent au concours suisse des produits du terroir 2019-2020. Pour en apprendre d’avantage voici son interview :

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Mon parcours est long et plein de rebondissements puisqu’après avoir suivi l’école obligatoire dans le Bas-Valais, je suis parti dans la région lausannoise pour faire un apprentissage de cuisinier. Je suis ensuite passé d’une communauté religieuse à la garde suisse pontificale puis aux chemins de fers avant de revenir à la cuisine au travers de la fabrication de pâtes.

Comment avez-vous lancé votre activité ? Et pouvez-vous nous en dire plus sur vos produits ?

J’ai commencé par me poser de nombreuses questions sur notre manière de produire et consommer en occident. Après la lecture de la lettre du pape François sur l’écologie, j’ai fait le tour des monastères de la région de Fribourg pour les inviter à reconstruire l’occident en s’inspirant de leurs nombreux travaux du moyen âge.  Je tombe alors sur une communauté italienne qui me propose de me louer une cuisine. Je leur ai proposé de faire des pâtes avec des céréales locales et de bonnes qualités, payées le juste prix aux paysans. Voilà ce que sont les pâtes. Je rajouterai juste que les emballages sont biodégradables.

Pourquoi avoir choisi le bio ?

Parce qu’il permet d’assurer une certaine qualité au client final. Je n’ai pas le bourgeon. Ceci pour la simple raison du coût. En effet étant encore une toute petite entreprise, je n’ai pas d’énorme budget.


Quelles sont les difficultés rencontrées pour produire bio ?

Je rajouterai « et local ». Pour produire de bonne qualité dans une économie circulaire, le prix est le problème majeur. En effet, j’achète ma farine le prix de pâtes industrielles. Il reste encore tout le travail à faire. 



Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier ?

Le fait de pouvoir concilier un travail qui a du sens et qui petit à petit me fait vivre.