Natur’Mel Cosm’Ethique – Cosmétiques bio et zéro déchet

Aujourd’hui nous partons à la rencontre de Mélanie, la fondatrice de Natur’Mel Cosm’Ethique. Située à Reconvilier en Suisse, elle fabrique des cosmétiques bio, artisanales et zéro déchet, ainsi que des produits d’entretien (déodorants solides, shampoings solides, sels de bain, éponges konjac, cakes vaisselle, …). Un parcours guidé par la passion, des produits de qualité et de vraies réflexions sur les matières premières utilisées et les emballages. Nous vous laissons à la lecture de son interview !

Parlez-nous de votre parcours ? Comment vous-êtes vous lancé dans la création de cosmétiques ?

J’ai commencé par un CFC d’employée de commerce, sans trop savoir ce que j’avais envie de faire comme métier, c’était un peu un métier passe partout. Très vite, je me suis intéressée aux huiles essentielles, guidée par ma marraine, qui elle, était déjà depuis longtemps attirée par la nature et la spiritualité.

J’ai donc commencé à m’amuser avec les huiles essentielles et les hydrolats, toujours sans trop savoir quoi faire de ma vie, je suis donc devenue comptable, et je continuais à potasser mes huiles essentielles durant mon temps libre… J’ai ensuite tenté les baumes, 2-3 autres mixtures pas tellement réussies… Mon travail me prenait de plus en plus de temps, et j’avais de moins en moins de temps libre… J’ai donc un peu abandonné mes produits naturels…

J’ai fini par quitter ce poste-là, pour un poste plus « simple » de secrétaire-comptable, dans une petite entreprise, et à 80%. Un soir, avec mon conjoint, nous avons regardé un reportage à la télé qui parlait des arnaques autour du savon de Marseille et ses multiples dérives. Après ce reportage, je n’avais qu’une idée en tête, fabriquer mes propres savons ! Comme je suis une fonceuse, quelques jours plus tard, j’ai trouvé de la soude en droguerie, et me voilà, dans ma cuisine, a créer mes premiers savons à froid, c’était en avril 2013…

Une fois que je savais faire du savon, j’ai eu envie de faire mon shampoing, une fois le shampoing adopté, il me fallait de l’après-shampoing, je sais faire un après-shampoing ? donc je peux me faire une crème visage, et ainsi de suite…

  • Septembre 2013, ma meilleure amie, déjà convaincue par mes produits, me lance le projet d’un marché de Noël, elle avec ses biscuits, caramels et confitures, moi avec mes savons et mes cosmétiques, pari tenu ! Le succès était au rendez-vous, nous ne nous attendions pas à ça pour une première !

  • Février 2014, il n’était plus possible de fabriquer dans ma cuisine, j’ai donc pris des locaux dans le village à coté du mien, et j’ai commencé à donner des cours pour apprendre aux gens à fabriquer eux-mêmes, j’en ai d’ailleurs donné par mal durant l’année. Entre-temps, j’avais pu baisser mon taux de secrétaire-comptable à 60% afin de me consacrer davantage à ma passion.

J’ai continué ainsi, en faisant de petits marchés et des petites ventes dans mon local, jusqu’en février 2015. J’ai eu, à ce moment-là, une super opportunité de travail, à 100%, dans la comptabilité et les ressources humaines, une chance à ne pas laisser passer. Je quitte donc ma super place à taux réduit, pour me retrouver 8 heures par jour à faire de la saisie de facture et des paiements, pas vraiment enrichissant finalement… 6 mois plus tard, je donnais ma dédite pour reprendre correctement mon entreprise.

  • Novembre 2015, rendez-vous au laboratoire cantonal afin d’avoir les autorisations nécessaires à la mise en place de mes créations. Tout est ok. En mars 2016, portes ouvertes et inauguration de Natur’Mel Cosm’Ethique, on parle de moi sur la radio locale, qu’elle chance ! A nouveau, le succès était au rendez-vous !

  • Fin 2016, premiers clients revendeurs vracs, diverses discussions avec eux, réflexion sur le plastique et la surconsommation de déchet « yes ! Un nouveau défi », on passe totalement au verre et au sans emballage ! Des heures de recherches de contenants, de tailles, etc… mais pari tenu !

  • Début 2017, engagement de ma première salariée, d’abord à l’heure, puis à mi-temps, je ne pensais déjà pas en vivre moi-même, alors avoir une salariée était presque impensable !

Cette année là a vraiment été l’année tremplin pour Natur’Mel, plusieurs revendeurs viennent s’ajouter aux précédents, le rêve devient carrément réalité. De plus, on continue de se lancer des défis, comment améliorer ce produit ? Qu’est-ce que l’on peut créer comme nouveauté ? Chaque jour de nouveaux challenges, on ne s’ennuie pas.

  • Avril 2018, déménagement dans de nouveaux locaux plus grands, création d’un véritable labo de fabrication. Septembre 2018 engagement d’une deuxième salariée à 60%. Fin d’année haute en stress, les commandes affluent toujours plus…

  • Janvier 2019, on décide d’engager encore des personnes en renfort, nous créons deux postes à 40% et un à 20%, j’ai comme fierté que ce sont uniquement des mères de familles, certaines avec de tous jeunes enfants, qui sont régulièrement laissées sur le bas-côté dans le monde du travail…

Déodorants solides

Déodorants solides

Pourquoi avoir choisi le bio ?

Sensible depuis toujours au respect de l’environnement et à ce que l’on applique sur la peau, je voulais des produits exempts de tout perturbateur endocriniens et substances controversées. Dans ma vie privée aussi, je consomme un maximum biologique, également pour soutenir les agriculteurs bio et leur démarche.

Nous allons également terminer nos stocks de cire d’abeille et passer à une cire végétale, nos produits seront ainsi totalement vegans et nous laisserons les abeilles tranquilles.

Eponges konjacÉponges konjac

Comment sélectionnez-vous vos matières premières ?

Certaines matières premières se trouvent principalement chez les fabricants. Cependant, nous achetons nos principales huiles dans une huilerie à 20 minutes de notre local de fabrication. Une petite huilerie indépendante, certifiée bio, chez qui l’on achète notre huile de coco bio pressée à froid. Celle-ci est pressée en Suisse, uniquement pour nous, elle nous est livrée dans des bidons de 25kg que nous nettoyons après utilisation et que l’huilerie rempli ensuite pour nous livrer. Nous y achetons aussi notre huile d’olive bio et notre huile de tournesol bio.

Pour les huiles essentielles, nous avons fait le choix d’un « grossiste » qui se trouve à 20 minutes également de notre lieu de fabrication. C’est une petite entreprise familiale, tenu par un couple très chaleureux, il a également une belle éthique concernant les pays de production et fait un maximum pour avoir un commerce équitable.

Sels de bainSels de bain

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier ?

Tout me passionne, chaque jour est différent, chaque jour de nouveaux défis, savoir jusqu’ou cela va nous mener, toucher les matières, les voir se transformer, évoluer… c’est vraiment un tout.

Quels sont les difficultés rencontrées pour obtenir des produits Bio ?

Trouver les fournisseurs en ayant le moins d’intermédiaires possible.